lundi 2 avril 2012

Interview : Philippe Petit


Philippe Petit est un musicien, un DJ, un journaliste, un animateur radio et se définit comme un activiste musical. Il a dirigé les labels Pandemonium records et Bip Hop et à notamment sorti les biens nommées Bip Hop Generations, compilations qui ont rassemblées: Rechenzentrum, Mira Calix, Scanner, Ilpo Väisänen, Pimmon, Atau Tanaka, Taylor Deupree, Ghislain Poirier, Janek Schaefer, Murcof, Tennis, Tu M', Marumari, Schneider TM, Ultra Milkmaids, Köhn... et beaucoup d'autres.

En tant que musicien il a été invité à rejoindre l'ensemble de Musique Nouvelle de Jean-Paul Dessy ainsi que le European Chamber Orchestra et a fondé le groupe Strings Of Consciousness.

Il a aussi joué avec de nombreux artistes sur scène : Lydia Lunch, Murcof ou Faust, et a collaboré sur disques avec, entre autres : Edward Ka-Spel (Legendary Pink Dots), Simon Fisher Turner, Scott McCloud (Girls Against Boys), Cosey Fanni Tutti (Throbbing Gristle), Jim Thirlwell (Foetus), Graham Lewis (Wire), Barry Adamson (Magazine, Bad seeds), Scanner, Cindytalk, Mira Calix, Leafcutter John, James Johnston (Gallon Drunk/Bad Seeds/Faust), ASVA...

Bref, à travers cette vie musicale bien remplie, il a pris le temps de répondre à nos questions :


1. Votre 1er souvenir musical ?
J’en ai pas mal très jeune mais le plus marquant reste le premier concert que j’ai vu, à 10 ans, en 1976 : Kraftwerk. Vraiment étonnant quand pour le rappel les rideaux se sont ouverts, ils ont commencé “We are the robots” puis qu’au bout de quelques minutes leurs doubles les ont rejoints sur scène... c'était en fait des automates qui avaient débuté le rappel. Pour un môme c’était totalement surréaliste, un truc qui te reste à vie.

2. Le meilleur disque que l’on vous ait offert ? Le pire ?
En 77 ma cousine m’a léguée pas mal de très bons disques et le meilleur était Stooges “1969”, ex-aequo avec le tout premier Suicide qui est d’ailleurs resté mon album preferé. Pas que Suicide fusse mon groupe préféré mais juste ce disque est pour moi l’album ultime.

3. Le 1er disque que vous ayez perdu ?
La seule perte dont je me souvienne date de 1996 quand l’appartement dans lequel je vivais explosa et que 4 000 disques de ma collection furent réduits à néant…

4. Votre nom de groupe de musique imaginaire ?
Lorsque je conçois un nom c’est que le groupe n’a rien d’imaginaire, donc ma réponse serait Strings Of Consciousness.

5. A quel moment aimez-vous faire de la musique ?
Mon luxe est de pouvoir le faire quand je le sens et j’aime ça.

6. A quoi ressemblera la musique dans 50 ans ? dans 5000 ans ?
Je ne suis pas Nostradamus.

7. Quelle a été la rencontre capitale de votre vie ?
Fondamentalement ma fille.

8. Quel album n’aurait jamais dû exister ?
À mon gout, il y en a malheureusement trop, mais je ne me permettrai pas d’en citer puisqu’ils plaisent à d’autres et que je n’ai pas la prétention de détenir une quelconque verité.

9. L’album idéal pour l’apéro ?
Cela change selon les contenus, et de verre en verre…

10. Votre featuring rêvé ?
J’ai la chance qu’elles aient dépassées le stade de rêve.

11. Le disque dont vous avez peur ?
Beaucoup de disques me feraient fuir mais aucun ne me fait réellement peur.

12. Le disque que vous aimeriez écouter ? 
The Cramps “Human fly”. Pas que j’aie tellement envie de l’entendre maintenant mais juste qu’il m’accompagne depuis tellement longtemps et est toujours resté mon titre favori, donc quand je m’arrête pour réfléchir et répondre à une question comme ça, c'est le premier qui me vient à l’esprit.

13. Le film qui vous donne envie de faire la musique ?
Mon tout premier album solo “Henry: The Iron Man” paru chez Beta Lactam Ring en CD, puis Aagoo en vinyle, se voulait la bande-son imaginaire illustrant la rencontre de Eraserhead de David Lynch et Tetsuo de Shinya Tsukamoto.

14. Le morceau méconnu que tout le monde devrait connaître ?
Il y en a des tonnes et c’est la raison pour laquelle depuis 1983 j’anime des émissions radio, puis ai fait des 'zines et collaboré à pleins d’autres, puis fondé des labels de disques. Pour partager mes passions, tenter de faire entendre tous ces groupes qui mériteraient qu’on leur accorde plus d’attention.

15. L’album ou l’artiste que vous n’aimeriez pas être ?
Personne en particulier, mais je n’aimerai pas être connu au point qu’on te reconnaisse dans la rue et que ton existence en devienne impossible…

16. La reprise que vous aimeriez faire ?
J’ai toujours eu envie de reprendre “Femme Fatale” du Velvet mais bon je ne chante pas comme Nico… Donc j’ai fait une recontextualisation de la première symphonie de Gustav Mahler qui était parue chez Karl Rds il y a quelques années. On peut en entendre un extrait .

17. Le mashup que vous aimeriez faire ?
Alors ça j’en ai fait beaucoup au cours de toutes mes années de DJ, surtout que dès le début des années 2000, je mixais jusqu’à 6/8 sources ensemble mais aujourd’hui je préfère jouer mes musiques plutôt que celles d’autrui.

18. Le texte que vous aimeriez mettre en musique ?
Descent Into The Maëlstrom” de Edgar Allan Poe.

19. Avez vous déjà eu des hallucinations auditives ?
En verité oui souvent, tu sais j’attache comme beaucoup d’autres, énormément d’importance au son et j'ai parfois passé des heures à tenter diverses combinaisons qui souvent me semblent hallucinantes, à tous les sens du terme. J’aime vraiment cette sensation de surprise…

20. Comment aimeriez vous mourir ?
Dignement, sans souffrir, mais bon là tu vois j’ai encore trop de trucs à faire et à exprimer pour y penser.




Aller sur le site de Philippe Petit ; écouter son soundcloud et Henry: The Iron Man et Reciprocess: +/VS. sur spotify.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire