dimanche 14 février 2010

Tangerine Flakes, a mixtape by the offline people


The  afterlife, c’est une situation post kraftwerkienne échevelée & it’s not a place. C’est une répétition décalée & c’est comme Anvil à 50 ans. C’est comme une petite fille riant parce que son père croise les yeux & les fait rouler dans ses orbites & c’est comme la Playa de Miami, OH OH OH, pleasure of love chantent les coeurs…  C’est comme un compte rendu de concert de Sexy Sushi s’écroulant dans une marre de Renaud & c’est chanter faux dans la bière de trop. C’est comme un funk lent roulant sur des vagues de guitares slide & c’est la vie héroïque des mouettes prise dans un circuit imprimé de livre pour enfant. C’est un néon indien faisant un barbecue gelé & It’s summertime dans le filtre bleu d’un tape recorder qui s’arrête et qui mange la bande… C’est une K7 en reverse face A, face B, les têtes de lecture sales & puis droit sur les 80’s, froides comme un abattoir & molles comme une cathédrale au bord de la mer & j’aime regarder les filles qui marchent sur la plage, leurs longues jambes nues qui se déhanchent & leurs chœurs synthétiques dispersés par le vent. C’est comme le bandeau de Keith Richards pris dans le fog londonien & I heard it through the slits, à travers les tabulas allongées, assises sur un tabouret jusqu’à 5 ou 6 dans la soirée & c’est comme Stardust & les poussières de suie sur une route blanche & les lignes jaunes sur un bitume d’Angleterre. C’est le reflet d’un nuage électronique dansant dans la lueur d’une voix & me faisant tressauter & c’est comme le battement à contre temps d’une pendule vue dans la lumière d’un écran d’ordinateur & est ce qu’elle s'est réveillée ?

C’est le goût du café dans la bouche, d’un cinéma au bord d’une écluse & de ses salles qui s’enfoncent sous l’eau. C’est les phares des automobiles filtrant à travers les rideaux & s’étirant au plafond dans les papillons & les poissons de la Caméra Obscura. C’est comme Metal on metal & la métronomie des flux & le bleu d’une diode d’alimentation & la calandre d’une Rolls Royce plongée dans la boue d’un lac & c’est une demi voiture suspendue aux crochets d’une grue en vert de gris auquel il ne manque que quelques mollusques accrochés à ses flancs. C’est un arbre creux pris dans la tempête & c’est la pulsation des doigts frappant le clavier & c’est une casquette en paille qui a explosé dans un concert. C’est un chat orange dans la pénombre & c’est un disque en carton épinglé sous un poster avec une croix blanche sur un décor rococo & c’est une invocation aux puissances brunes. C’est un bateau en bois dans une vitrine de restaurant japonais & une marche trop haute & un terrain de pétanque recouvert par la neige. C’est un ciel blanc diffus, pris dans la répétition de Tarantula.

Pardon My French. 

Tangerine Flakes, a mixtape by the offine people by the offline people 3

01 A Small Good Thing - Saloon Dreams (2002)
02 Yacht - The Afterlife (2009)
03 Tom Tom Club - Pleasure of Love (1983)
04 Blevin Blectum - Rommelpotted (2004)
05 Neon Indian - Deadbeat Summer (2009)
06 Andrew Weatherall - Selective Walking (2009)
07 The Slits - I Heard it Through the Grapewine (1979)
08 White Williams - In the Club (2007)
09 Boyd Rice - Solitude (2004)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire