vendredi 2 avril 2010

interview : Mathias Delplanque


"Le mot allemand « unheimlich » est manifestement l'opposé de « heimlich, heimisch, vertraut » (ternies signifiant intime, « de la maison », familier), et on pourrait en conclure que quelque chose est effrayant justement parce que pas connu, pas familier. Mais, bien entendu, n'est pas effrayant tout ce qui est nouveau, tout ce qui n'est pas familier ; le rapport ne saurait être inversé. Tout ce que l'on peut dire, c'est que ce qui est nouveau devient facilement effrayant et étrangement inquiétant ; telle chose nouvelle est effrayante, toutes ne le sont certes pas. Il faut, à la chose nouvelle et non familière, quelque chose en plus pour lui donner le caractère de l'inquiétante étrangeté."*

Pour Mathias Delplanque, ce quelque chose en plus dont parle Freud, c'est sa musique. En travaillant la répétitivité, la texture, la spatialisation du son et les développements harmoniques superposés à des prélèvements sonores effectués dans sa chambre ou dans son univers sonore immédiat, il met en exergue l'apparition de la musicalité, du fantastique dans le quotidien.

Avec LENA, un autre projet musical initialement sorti dans la division Quatermass du label Sub Rosa, il revisite le dub. Mathias Delplanque a entre autre collaboré avec Rob Mazurek, Moritz Von Oswald et Black Sifichi et il vient lancer son label : Bruit Clair.


1. Votre 1er souvenir musical ?
Probablement un morceau de highlife ou de disco joué sur un haut-parleur défectueux en Afrique.

2. Le meilleur disque que l’on vous ait offert ? Le pire ?
Le plus beau: “F#A# Infinity” de Godspeed You Black Emperor en vinyl, pour la pièce de monnaie poncée par un train et glissée dans la pochette. Le pire, je ne trouve pas.

3. Le 1er disque que vous ayez perdu ?
Le premier je ne sais pas. Je me souviens d’un Curd Duca, qui me fait toujours défaut. Et d’un Silver Apples qu’on ma subtilisé lors d’une soirée…

4. Votre nom de groupe de musique imaginaire ?
Mathias Delplanque

5. A quel moment aimez-vous faire de la musique ?
Dès que je peux, quel que soit le moment.

6. A quoi ressemblera la musique dans 50 ans ? dans 5000 ans ?
A quoi ressemble “la musique” aujourd’hui ?... “La musique” n’existe pas, c’est un terme beaucoup trop générique qui recouvre des pratiques bien trop diverses - et qui ne vont aller qu’en se diversifiant.

7. Quel album ignoré ouvrira un nouveau genre musical ?
C’est une question pour les journalistes ça…

8. Quel album n’aurait jamais dû exister ?
En parler contribuerait encore à le faire exister.

9. L’album idéal pour l’apéro ?
Je n’aime pas l’instrumentalisation de la musique.

10. Votre featuring rêvé ?
Sensational.

11. Le disque dont vous ayez peur ?
Spectre + Sensational.

12. Le disque que vous aimeriez écouter ?
Les 4 volumes de la série “Disintegration Loops” de William Basinski

13. Le film qui vous a donné envie de faire la musique ?
Les films de JF Stévenin, Andrei Rublev de Tarkovski, Death Proof de Tarentino, Badlands de T. Mallick.

14. Le morceau méconnu que tout le monde devrait connaître ?
J’étais au procès” de Black So Man.

15. L’album ou l’artiste que vous n’aimeriez pas être ?
Sébastien Roux

16. La reprise que vous aimeriez faire ?
Clap hands” de Tom Waits.

17. Le mashup que vous aimeriez faire ?
DJ Rupture vs Rhythm & Sound vs Metro Area vs Detroit Grand Pubahs. Ha mais non je l’ai déjà fait celui-là...

18. Le texte que vous aimeriez mettre en musique ?
Le journal de Pontormo.

19. Avez vous déjà eu des hallucinations auditives ?
Quand il se passe quelque chose en musique, j’ai toujours le sentiment d’une hallucination auditive.

20. Comment aimeriez vous mourir ?
En essaykhjwdffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffffff
ffffffffff



Les 3 premières sorties du label Bruit Clair:

Mathias Delplanque: “Parcelles 1-10”
(CD + digital) Janvier 2010

Lena: “Circonstances / Variations 1-4”
(vinyl + digital / en co-production avec le label Sounds Around)
Février 2010

Mathias Delplanque: “Passeports”
(CD + digital / en co-production avec le label Cronica Electronica)
Février 2010


Toutes les infos sur ces disques sont sur le site de Bruit Clair.
Aller sur le site de Mathias Delplanque, et aller sur son myspace.

DJ Rupture vs Rhythm & Sound vs Metro Area vs Detroit Grand Pubahs

*Lire le texte de Freud "L'inquiétante étrangeté"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire