samedi 27 novembre 2010

Into the Black Light District (Peter Christopherson 1955-2010)


Ca fait deux jours que je me demande si je dois publier quelque chose pour évoquer Peter Christopherson, qui est décédé à l'âge de 55 ans, le 25 novembre, pendant son sommeil, et j'avais décidé que non, en me disant que Coil avait déjà un peu disparu de ma mémoire après la mort de John Balance en 2004 et que leurs derniers disques n'étaient pas aussi intéressant qu'avant. Pourtant en apprenant la disparition de Sleazy Christopherson, j'ai machinalement réécouté le Black Light District (son vrai titre est A Thousand Lights In A Darkened Room par le groupe Black Light District). Il va donc falloir que j'en dise un peu plus...

La première fois que j'ai entendu ce disque, ça a complétement et irrémédiablement modifié ma compréhension de la musique. Je me souviens des sonorités de Die Wolfe Kommen Zuruck, de Refusal to leave to Land, de Stoned Circular et de Blue Rats qui est devenu un tube personnel... Mais la première fois que j'ai entendu Black Light District, la déflagration a été tellement forte et profonde que je me revois dans la petite rue près de chez moi en train de raconter à L. que je viens d'entendre cet album et que malgré le fait qu'il m'a intrigué, je ne pourrais ja-mais réécouter ce genre de musique. J'ai dû dire que je n'étais pas intéressé du tout sur un ton un peu trop affirmatif parce que je me souviens que ça a été un de ces moments assez étrange ou l'on s'entend dire quelque chose qui nous parait raisonnable et que dans le même instant on pense intimement, animalement, que ce quelque chose ne tiendra pas une seule seconde... Violence of Discovery & Calm of Acceptance.

Puis Coil est devenu structurant pour moi, j'ai écouté en boucle la quasi intégralité de leurs albums, j'ai rencontré Peter Christopherson après leur concert de 2001, au Lieu Unique à Nantes. Je ne lui ai rien dit mais je suis resté près de lui pendant qu'il parlait à John Balance. Je suis resté aussi près que je pouvais sans paraitre dérangeant, je me suis imprégné de leur présence ; c'était bien assez pour jouir de l'instant, être juste là à coté d'eux.

"Ben, c'est quoi ça ?" me dit L. Je regarde par la fenêtre et à l'arrêt de bus en face, au lieu des bus habituels, un vieil autobus de 1920 est stationné, je veux dire réellement, le vieux bus est là, arrêté, ce n'est pas une sorte de métaphore. Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'il fait là. Il est vide. Il parait attendre pendant que j'écoute Chalice. Les Time Machines sont elles toujours à l'oeuvre ?



Discographie sélective : Coil - Love's secret domain (1991) ; Coil vs ELpH - pHILM #1 (1994) ; Black Light District - A Thousand Lights In A Darkened Room (1996) ; City of Light (avec Bill Laswell) (1997) et Time Machine - Queens of the circulating library (2000).

Peter Christopherson à aussi fait partie du studio graphique Hipgnosis qui a réalisé des pochettes pour Pink Floyd, The Pretty Things, Led Zeppelin, AC/DC, Yes, The Alan Parsons Project, Genesis, ELO et XT. Et Christopherson a, entre autre, réalisé le clip de Tainted love (Soft Cell) ainsi que des clips pour Nine Inch Nails, Sepultura et Paul McCartney.

Et pour se replonger dans les musiques à écouter dans le noir, nous vous offrons les 56 min de l'enregistrement inédit du concert de Coil durant le festival Oblique LU night, à Nantes en 2001.

Coil - Live at Oblique LU night Festival (2001)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire